HOME PAGE JANULA CASSINO NOTIZIE GENTE UNIVERSITA' BLOG AFFARI EVENTI AIUTO! Accesso Area Riservata Cittadini di Janula Accesso Area Riservata Operatori Aumenta la dimensione dei caratteri
Main Page Blog
Scelta dei Blog
Ultimi 100 Blog
Ultimi 100 articoli
Top 100 Blog!
Blog per Categoria
Indefinibile
Cultura
Lavoro
Passioni
Personale
Scrittura
Società
Gestione dei Blog
Crea un nuovo Blog
Scrivi sul tuo Blog
Registrazione a Janula.it
Registrazione come Cittadino di Janula


Username:  Password:  
Password dimenticata?   Registrazione Nuovo Utente 


Fable d'un navire
La nouvelle ligne maritime entre Venise, la Syrie et l'Égypte, de Carla Dodi (version française)
Articolo di AMMARARE
Consultato 5718 volte

.
del 12-05-2010

À l’époque des volcans qui bloquent le trafic aérien, d’aéroports et des lignes aériennes en état d’alerte pour le risque terroriste, se déplacer par la mer, ce n’est plus le rêve de peu de voyageurs romantiques et aventureux. En outre, les navires cargos sont indispensables, aujourd’hui encore, pour transporter une vaste gamme de marchandises qui ne pourraient être transférées par voie aérienne, ferroviaire ou (exclusivement) routière. Le navire Visemar One, fraîchement lancé, prendra la mer le 20 mai 2010, pour un service régulier Ro/Pax (marchandises et passagers) qui fera la liaison, chaque semaine, entre Venise, Tartous en Syrie et Alexandrie en Égypte. Le départ de Venise est prévu tous les jeudis, avec arrivée au port syrien le dimanche matin et à Alexandrie le lundi matin. Vitesse maximale de 24 nœuds et transit très rapide aux ports : ce navire peut transporter 200 camions, 70 voitures et 325 passagers. À gérer le service, il y a la compagnie Visemar Line (www.visemarline.com), née d’un partenariat entre deux groupes de la Vénétie, Visentini et Tositti. L’Autorité Portuaire de Venise soutient cette initiative.

 

Autoroutes de la Mer Méditerranée
del 12-05-2010

Il s’agit d’une nouvelle Autoroute de la Mer qui sillonne toute la mer Adriatique vers le Proche-Orient, se rapportant aux grandes routes commerciales qui ont constamment relié le port de Venise au Levant. De plus, on fait ainsi revivre la mémoire – pas trop ancienne – de l’Egitto Express de la compagnie Adriatica, qui transportait de passagers et de véhicules jusqu’en 1992 entre Venise et Alexandrie (voir : www.janula.it/ammarare, article: “Il sogno di Alessandria”). On considère aujourd’hui les Autoroutes de la Mer comme une alternative efficace au transport des marchandises par voie terrestre ; on définit ainsi les services de transport combiné route-mer de marchandises. Camions, remorques et semi-remorques, caisses mobiles et conteneurs garantissent le transport de la marchandise entre le point d’origine et la destination ; la marchandise passe des routes aux navires dans une chaîne fluide et économique d’opérations reliées. Ce système permet d’alléger le trafic routier, avec une réduction aussi du risque d’accidents et de la pollution. Le programme Autoroutes de la Mer bénéficie d’importants financements, notamment par l’Union Européenne (programme Marco Polo II pour la période 2007-2013).

 

Le bateau vert
del 12-05-2010

Visemar One entre dans le « Green Corridor », l’initiative du Couloir Vert visant à renforcer la coopération entre l’Italie et l’Égypte dans le secteur agroalimentaire. Ce navire portera, de l’Égypte à Venise, des fruits et légumes verts qui pourront arriver sur plusieurs marchés du Nord de l’Italie, d’Allemagne, Suisse et Autriche en moins de 72 heures. Les produits égyptiens devront arriver sur les marchés européens en périodes et en quantités fixées, selon de critères saisonniers et de complémentarité avec la production européenne. L’idée naît d’une demande croissante de ces produits en Europe où les coûts de la main-d’œuvre sont élevés et la capacité de production se réduit. Les produits égyptiens devront satisfaire les standards de qualité demandés par les marchés européens. Le Couloir Vert est financé par le Programme de Conversion de la Dette (deuxième phase 2007-2012) de la Coopération Italienne en Égypte (www.utlcairo.org → I nostri progetti → 18. Conversione del debito (Debt Swap).
Sur le front de la mer Tyrrhénienne – mais surtout de la mer Ligure – le bateau vert suscite de perplexités, inspirées sans doute par le souci de voir s’enfuir le « Green Corridor » sur la directrice adriatique-ionienne. On parle alors de la difficulté de soutenir cette entreprise quand les financements publics seront terminés (www.greenreport.it/_new/index.php?page=default&id=4653). Le problème semble surtout concerner les temps du transport des fruits et légumes verts du sud au nord : le navire sera aussi actif hors saison, sans porter alors ce type de marchandise. Quelqu’un se demande également comment remplir le parcours de Venise vers le sud. Les voix les plus conciliantes envisagent de nouvelles opportunités de développement pour d’autres marchandises, qui voyagent déjà sur ces itinéraires par d’autres moyens.

Photo : un marché d’Alexandrie, 2008 (© Carla Dodi).

 

Sur les traces de Corto Maltese
del 12-05-2010

Puis, il y a le transport de passagers. Il est difficile d’imaginer que celui-ci, tout seul, puisse soutenir la nouvelle ligne dans les saisons maigres du transport des fruits et légumes. Et pourtant, qui sait : de citoyens arabes résidents en Europe qui vont au sud avec leurs voitures, de touristes et d’aventuriers, de voyageurs terrorisés par le vol aérien, d’épigones de Corto Maltese, le nombre de passagers ne serait peut-être pas si négligeable. Entre la Syrie et l’Égypte, le transport maritime de passagers et de véhicules pourrait être remarquable : le transit actuel via mer Rouge, qui permet d’éviter le passage par Israël, n’est pas un voyage très linéaire. Il faut traverser, par voie terrestre, toute la Jordanie jusqu’à Aqaba où l’on peut s’embarquer pour Nuweiba, au Sinai en Égypte, une localité distante de plus de 450 km du Caire. Le port syrien de Tartous, en outre, pourrait rassembler de passagers et de marchandises provenant de (ou à destination de) Liban, Jordanie, Iraq, Arabie Saoudite ou d’autres pays du Proche/Moyen-Orient.
Si Hugo Pratt était encore vivant, il ferait certes embarquer son beau marin Corto Maltese sur le Visemar One. Pendant une halte à Venise, la ville d’élection du grand dessinateur et scénariste de BD, l’inoubliable Corto Maltese est impliqué – en 1921 – dans une aventure rocambolesque à la recherche d’une émeraude magique, appelée « Clavicule de Salomon ». Cette histoire, parue en 1977, a un double titre (ce qui n’est pas par hasard) en italien et en arabe : « Favola di Venezia » et « Sirat Al-Bunduqiyyah » (Fable de Venise). Les références à l’histoire ancienne s’entrelacent ici, souvent et volontiers, entre Venise et Alexandrie. Il y a même Hipazia, réincarnation possible de la philosophe, mathématicienne et astronome Hypatie qui vécut à Alexandrie entre le IVe et le Ve siècle après J.C. C’est un personnage historique revenant, aujourd’hui, sous les feux de la rampe grâce au film « Agora » du réalisateur chilien-espagnol Alejandro Amenábar. Rien n'est plus approprié, à présent, que passer de la « Fable de Venise » à la « Fable d’Alexandrie » à bord d’un navire.

 

 Pag. 1 di 1 



Cerca su Janula.it!
Cerca il testo


Janula: obiettivo su...

co21
Gli altri Cittadini
Janula: ultimo Cittadino registrato
FINANZIAMENTO SERIO/ Whatsapp: +39 339 6910544
Gli altri Cittadini
Ultimo Blog creato
ASSISTENZA FINANZIARIA ALLA PERSONA
Top 100 Blog!
Ultimo Blog aggiornato
L'ammiraglia vien dalla campagna in su calar del sole
Top 100 Blog!

2003 - Janula.it di Officine Informatiche Srl